10 jours à Warma Suyus, par Constance Lekbé

volontariat quinua perou

Ouverture de la ludothèque les après-midis, de 14h à 17h. Les enfants viennent après l’école, pour lire, jouer à des jeux de société ou participer aux activités qu’on propose. Certains passent 5 minutes, par curiosité, d’autres restent 1h… le temps de jouer avant d’aider leur famille ! Et d’autres viennent tout l’après-midi !

Mon envie personnelle était de leur faire découvrir pendant mon passage le milieu des arts de rue, je suis donc venue avec du maquillage, des ballons, et d’autres idées d’activités..…

Il y a d’abord un temps d’adaptation. Se présenter aux enfants, lier un contact, pour qu’une confiance s’installe. Mettre une bonne ambiance au sein de la ludothèque (comme dans tous groupes d’enfants il y a des conflits et les enfants ont parfois une grande différence d’âge).

Pour ça, j’ai proposé des jeux collectifs. On est allé à l’obélisque, il y a un grand espace pour courir et jouer. Tous les jours nous proposions des jeux de théâtre, d’impro, des jeux de collaborations, des jeux extérieurs…
Avec l’autre bénévole, Catherine, nous avons beaucoup discuté le premier jour pour nous mettre d’accord sur nos idées, nos envies, et la manière dont on allait gérer le lieu ! Très important de savoir s’adapter à l’autre, le courant est tout de suite passé, et ça s’est ressenti dans l’énergie donnée pour mener les activités.

pérou volontariat enfants quinua

J’ai donc proposé pour égayer le lieu, une activité peinture murale, où tous les enfants ont participé. Ainsi, ils ont pu s’approprier le lieu et faire quelque chose en commun. Ensuite, j’ai essayé de faire découvrir le maquillage de rue, nouveau pour eux ! Il a donc fallu trouver la manière de présenter… certains enfants ont eu peur (ça ne partira jamais???!!) et puis une fois en confiance, ayant vu qu’on avait testé sur nous-mêmes, ils ont pris du plaisir à se faire maquiller ou même se maquiller entre eux, créant des idées de dessins.

On a voulu organiser des goûters, de bons moments de partage. L’idée pour moi était donc d’offrir le goûter. Nous achetions la nourriture, mais les enfants nous aidaient à la préparation (pâte à crêpes, truffes chocolat et banane, bananes cuites au feu, marshmallow grillés…)
Intéressant de faire découvrir des choses que la plupart des enfants d’Europe connaissent en colo ou chez les grands-parents et qui, ici, sont méconnues… ils ont adoré!

Les enfants étaient heureux de venir, ils venaient de plus en plus nombreux, de plus en plus tôt =)

Il faut s’adapter, ce n’est pas la même culture, pas les mêmes moyens, certains parents ont besoin de leurs enfants à la maison ou pour travailler… on l’a beaucoup ressenti.

C’est pour ça que j’ai trouvé super bien de pouvoir loger au dessus du local. Ainsi, les locaux nous croisaient, nous parlaient ou se contentaient juste de nous regarder. On sort pour faire des courses, aller au cyber, voir le match de foot ! Le dimanche le village est animé, on peut rencontrer beaucoup de gens, expliquer le projet, pourquoi nous sommes à Quinua ! Certaines personnes qui connaissent bien Arnaud ont été ravies de nous recevoir, de nous inviter à manger, de nous aider. On a pu découvrir la peinture sur céramique… Il me semble que c’est difficile pour eux de savoir que nous ne sommes que de passage, les enfants s’habituent à notre présence, et si personne ne prend la suite de l’ouverture de la ludothèque, ils sont déçus.

Il y a une différence de culture et il est important de savoir s’adapter. A partir de là, tout se passe très bien, les gens de Quinua sont en général très accueillants.

Malgré le froid la nuit (juillet) la pièce de vie est agréable. Il y a de quoi cuisiner et plusieurs lits. Pour se laver et pour laver les vêtements, il y a de l’eau à l’extérieur. Il y aussi des WC. C’est le minimum, mais pour moi c’était parfait… Certains pourraient avoir du mal s’ils n’ont pas l’habitude… Mais on peut toujours chauffer de l’eau dans une marmite pour se laver (à cette époque je l’ai fait, il faisait trop froid pour moi hihi).

quinua perou

Bref, pour moi c’est un bel endroit !! Avec pour missions spéciales de surveiller les poules qui se baladent dans le jardin et qui aiment s’incruster à l’intérieur du local =) ainsi que de donner quelques fois à manger aux cochons… ça fait partie de la vie de la ludothèque de Quinua !

Pour avoir cherché différents lieux de volontariat au Pérou, celui-là est vraiment bien ! Bravo encore d’avoir monté ce projet, je suivrai avec plaisir l’évolution, et qui sait, peut-être qu’un jour j’y retournerai avec plaisir !

Constance Lekbé, France
Bénévole à Warma Suyus en juillet 2015

One Comment on ““10 jours à Warma Suyus, par Constance Lekbé”

  1. Juliette Larmaraud

    Bonjour Constance,
    Je viens de lire le récit de ton séjour à la ludothèque de Quinua, j’ai 28 ans et je souhaite passer quelques mois en Amérique du sud en 2017 avec mon copain. Ce projet m’attire pas mal, ca à l’air d’avoir plu à tout les bénévoles.
    Tu le conseillerais? Et est ce que tu as eu d’autres expériences de ce type? Des petites associations où tu as pu vivre au milieu des habitants, tout en participant?
    Merci,
    Juliette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *